Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
04 67 54 50 80 (La Grande Motte) - 04 67 34 07 96 ( Jacou) contact@csmi34.fr

La Colique néphrétique – Soin à la Grande Motte et Jacou

La colique néphrétique correspond à la présence d’un calcul rénal descendant dans les voies urinaires (uretère droit ou gauche).

Elle peut donner de violentes douleurs abdominales et d’une fosse lombaire (flanc droit ou gauche), irradiant parfois dans les organes génitaux externes (testicule) et évoluant par crises hyperalgiques de quelques minutes. Elle peut s’accompagner de vomissements, d’hématurie (présence de sang dans les urines ou urines sombres, voire rouges)

En période estivale, elle est accentuée par la chaleur et la déshydratation.

La Colique néphrétique non compliquée

Elle correspond à un calcul de taille modérée (moins de 5 mm), n’entraînant pas d’atteinte du rein sus-jacent.

Pour confirmer le diagnostic, il faut réaliser une bandelette urinaire (présence de sang) et une prise de sang afin de dépister une infection ou une insuffisance rénale.

Le traitement consiste en l’administration intra-veineuse d’anti-inflammatoires et d’antalgiques.

Si la crise de colique néphrétique est non compliquée, un retour à domicile est envisageable avec la prescription d’une imagerie à faire en externe (échographie, scanner), de médicaments en cas de crise (anti-inflammatoires, antalgiques, voire médicaments pour relâcher le canal de l’uretère), et de consignes de surveillance (en particulier fièvre et difficultés à uriner) et d’hydratation.

Une consultation avec un urologue peut être envisagée avec l’imagerie afin de surveiller la bonne évolution. Il pourra prescrire un régime adapté en fonction du calcul.

Le Centre Médical de soins Immédiats de la Grande Motte est totalement adapté à ce genre de pathologie : prise de sang, perfusion, bandelette urinaire, adressage à un cabinet d’imagerie et d’urologue. Le CMSI peut aussi orienter le patient en urgences en cas de colique néphrétique compliquée.

Colique néphrétique compliquée ou douteuse

Certains éléments sont à redouter en cas de colique néphrétique :

La fièvre peut faire penser à une pyélonéphrite (infection du rein). Celle-ci sera mise en évidence par la prise de sang. L’insuffisance rénale (trouble de filtration du rein) doit aussi être redoutée et sera également visible sur la biologie.

Un blocage urinaire important (obstruction bilatérale avec absence d’urines ou dilatation du rein sur calcul très volumineux) devra être redouté et écarté.

Une douleur abdominale type appendicite ou sigmoïdite peut aussi faire partie des diagnostics différentiels.

Dans ces différents cas de figure, le médecin du CMSI peut demander une imagerie en urgences (scanner abdominal en particulier) afin de confirmer l’absence de complication de la colique néphrétique.

En apprendre davantage

Les pathologies traitées au cmsi